Vendredi 21 janvier - 19h

About a song, par David SANSON
La combinatoire à combines, par Sacha GATTINO

Guigging Herbert et nous, par Léonore BOULANGER

La Chapelle du Conservatoire

David-Sanson par Anne-Scherrer.jpg

© Anne Scherrer

leonore-boulanger par Laurent Orseau.jpg

© Laurent Orseau

Informations pratiques :

La Chapelle du Conservatoire

26 rue Hoche

 

Vendredi 21 janvier - 19h

Durée : 3h30

Billetterie sur place (5€) 

Réservation conseillée : 

my.weezevent.com/autres-mesures-leonore-boulanger-gugging-herbeck-nous-david-sanson

sur présentation du pass sanitaire

image1.jpeg

© Anne Scherrer

Première partie, par David SANSON, création

C’est le premier concert que David Sanson donne seul au piano, son instrument de prédilection. C’est aussi son premier sous son nom propre - plutôt que sous l’alias That Summer. Un concert mi-écrit mi-improvisé, mi-chanté mi-silencieux. Un concert nourri de souvenirs et de surprises, parcouru d’échos de Peter Garland, d’Alvin Curran ou de Cure, riche de toutes ces musiques qui l’ont nourri, que ce soit en tant que mélomane ou que musicien : des impressionnistes français aux minimalistes américains, en passant par les (post-)punks anglais. Avec le punk comme avec le minimalisme, David Sanson partage d’ailleurs une même foi en la fragilité et la spontanéité ; et la conviction que la liberté prime sur la légitimité, et qu’il est possible de dire beaucoup avec peu. Un moment qui s’annonce hors du temps.

Biographie

Diplômé d'HEC, David Sanson, après avoir exercé pendant 15 ans le métier de journaliste (à la rédaction en chef des revues Classica , puis Mouvement , ainsi que sur France Musique, principalement), poursuit un triple parcours de conseiller artistique, d'auteur et de musicien. Fruit de sa double culture musicale "rock" et "classique", son activité de programmateur - au Collège des Bernardins, mais aussi au Festival Santarcangelo dei Teatri, au Palais de Tokyo ou dans le cadre de Monumenta  au Grand Palais - est axée sur la confrontation des esthétiques, et sur une réflexion sur la forme du concert. David Sanson est l'auteur d'un essai biographique consacré à Maurice Ravel (paru, comme le livre sur Arvo Pärt, dans la collection "Classica" des éditions Actes Sud) ; il a également participé, chez Robert Laffont, aux ouvrages collectifs *Tout Bach *  et Tout Mozart , ainsi qu'au Dictionnaire du rock  de Michka Assayas. Il a signé plusieurs textes pour des catalogues de plasticiens (Rainier Lericolais, Marie-Jeanne Hoffner, etc.), et collabore régulièrement, pour le théâtre, avec le Festival d'Automne à Paris et le Théâtre national de la Colline. Parallèlement, il poursuit son activité de musicien avec son projet That Summer. En 2013-2014, David Sanson sera pensionnaire de la Villa Médicis à Rome.

 

https://sansondavid.wordpress.com/

Guigging Herbert et nous, par Léonore BOULANGER, création

Captivante hybridation entre une chanson ultra-violette et la découverte d’écrits bruts d’un poète asilaire autrichien, comme on tire les cartes : Le matin, L'automne, Le rêve, L'arc-en-ciel, La vie, L'ours-danseur… Léonore Boulanger et Jean-Daniel Botta, chanteurs multilingues accompagnés du percussionniste Laurent Sériès partent en quête des fulgurances de Ernst Herbeck, patient de longue durée au Centre Gugging près de Vienne. Ils feront entendre des poèmes fragmentés, une langue inventée, de quoi rêver une outre-lande aux sonorités trans-mentales, un bondissant territoire de tendresses et d’expérimentations.

 

Biographie

Grandit aux portes de Paris dans les banlieues des oulipiens, écrivains-promeneurs, dont la mathématique s’émeut de l’abord des campagnes.
Tôt, se sent moins timide aux cours de théâtre, qu'au monde régulier.
Etudiera pendant 4 ans l'art dramatique dans les conservatoires parisiens, interrogeant finalement l'entrain, à prendre la parole des autres.
Car soudain à vouloir chanter, s'aperçoit l'avoir toujours fait, commencera avec le jazz. Rencontre Jean-Daniel Botta, s'installe immédiat, l'appétit d'écrire ensemble des chansons.
Poursuit l'apprentissage de l'oreille et de la voix, du classique à l'improvisation libre, en même temps que joue de Paris à Bruxelles, à Berlin.
Rencontre en 2008 les artistes parisiens avec qui participera à la création du label "Le Saule", qui remue et incite à creuser la matière.
Sort en 2010 "les pointes et les détours", vrai début d'une recherche au-delà des formes traditionnelles de la chanson, goûte à l'impressionnisme français en même temps qu'à un certain folk africain.
Part jouer sur les routes pour les festivals de rue: d'Avignon à Friedrichshafen, à Lindau en passant par le Busker’s festival de Ferrare en Italie.
Met à l'épreuve la prise de parole, se sent à l'endroit du corps-instrument dans la glossolalie de la rue.
Découvre la peinture moderne, l'art primitif et les poèmes de Kandinsky.
Quitte peu à peu la sensation fugitive et se dirige vers le concret aux lisières de l'abstraction. Voudra « insister le réel jusqu’à ce qu’il en devienne étrange »
Expressionnisme, primitivisme, le français dialogue avec les musiques de l'Asie centrale et de l'Afrique.
Travaille les techniques et le répertoire ancien du chant Perse avec le musicien iranien Maam-Li Merati, ensemble ils ont enregistré « La maison d’amour » (avec Okraïna records).
En 2013 parait sur le label Clouds Hill, l’album « Square Ouh la la » enregistré au studio de Hambourg, inspiré du livre rare de poèmes allemands du russe Kandinsky "Klänge » (sonorités). « Square Ouh la la » tournera dans plus de dix pays (Allemagne, Afrique, Suède, Danemark, République Tchèque, Pologne, …)
En 2015 après avoir mûri son langage l’automne à Berlin, « Feigen Feigen », s’ensemence l’été dans la campagne française, et s’enregistre dans ce qui fut l’atelier d’un forgeron, près des machines agricoles et des oiseaux mécaniques, avec des objets trouvés, machine à écrire, vieux bidons rouillés et pianos désaccordés. Le nom déjà invite à percer l’énigme, le récit est pris en cours dans un dynamisme d’apparitions et de disparitions, c’est qu’il a connu de nombreuses mues comme la phrase d’un serpent qui tourne et se tourne autour sans fin ni commencement.
2019 Chaque chant est un nouveau pays comme « Practice chanter » est le nom de l'instrument d'étude pour la cornemuse et le quatrième album de qui est plusieurs dans sa voix. « Practice chanter » peuple une langue kaléïdoscopique de Sisyphe heureux dans l’art du collage, du recommencement, de la mathématique des enfants. « Practice chanter » se dit à voix haute et se décline dans ses harmonies et ses diaphonies comme une sorte de manuel de souffle et de préhistoire du chanteur.

http://www.lesaule.fr/leonoreboulanger.htm

La Combinatoire à Combines #1, par Sacha GATTINO

Après un après-midi durant lequel seront ouvertes les portes de son laboratoire sonore installé à l’EDULAB de l’hôtel Pasteur, le multi-instrumentiste Sacha GATTINO fera sonner sa jubilatoire « Combinatoire à Combines », ensemble amplifié comprenant des cellules sonores de plus d’une centaine d’instruments-objets acoustiques déployés sur un clavier-contrôleur, tel un méga-échantillonneur. Une orchestration soliste sans cesse renouvelée comme autant d’explorations semi-improvisées à la sensualité fantastique et aux polyrythmies facétieuses, un peu bruitistes-ambient-traditionnelles-electronica-expérimentales-minimalistes-électroacoustiques-contemporaines sur les bords.

Biographie

" Musicien, designer sonore et collectionneur.

Interfaces MIDI et programmation, instruments virtuels, échantillonnage, prise de sons de terrains, nombreux instruments acoustiques, objets ou jouets sonores alimentent mes recherches en bousculant et décloisonnant tant les pratiques de musiques traditionnelles que l’usage des récents outils technologiques. Des milliers de sons originaux sont répertoriés au gré de mes captures, voyages et acquisitions d’instruments.
J’explore particulièrement l’acoustique instrumentale avec des techniques étendues : instruments préparés (aimants, papier de soie ou aluminium, ressorts…), chant dans les guimbardes et flutes, renversement (instruments bruités / objets du quotidiens musicalisés), intervertissement de techniques, associations-hybridations d’instruments.
Au fil du temps, tel un cabinet de curiosités, mon espace s’emplit également de collections de livres, estampes anciennes, disques, machines, objets sonores d’ici et d’ailleurs, antiques ou récents qui viennent nourrir ma pratique quotidienne.
Je partage mon savoir-faire depuis 1999 sur scène, en studio ou ailleurs avec des directeurs artistiques, plasticiens, couturiers, plasticiens, metteurs en scène, graphistes, développeurs, musiciens, ingénieurs du son, architectes, designers, scénaristes, scénographes, écrivains, historiens et étudiants.
Depuis quelques années, je me consacre principalement aux percussions et polyrythmies avec une approche électroacoustique en temps réel. "

http://www.sachagattino.com/